M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Au Club de la Presse, le « parler vrai » de Christophe Bouchet Christophe Bouchet, élu maire de Tours après le départ de Serge Babary pour le Palais du Luxembourg, était l’invité du premier déjeuner de l’année du Club de la Presse Centre-Val de Loire. De ses premiers pas d’édile…
Le Off des Assises Des Assises avant les Assises ? C’est, en résumé, le principe des nouveaux rendez-vous initiés par le Club de la Presse Centre Val-de-Loire, en amont des prochaines Assises du journalisme qui se dérouleront du 14 au 17 mars…
EDITO - Point.e.s sur les i Par Stéphane Frachet, Trésorier

Benjamin Pionnier réveille le Grand Théâtre

Publié par Ingrid Proust le 07/11/2017

Benjamin Pionnier, directeur du Grand Théâtre de Tours, était l’invité du déjeuner du club le 5 octobre dernier. Feedback.

Il n’a même pas 40 ans et déjà une riche carrière derrière lui. Pianiste, puis chef  d’orchestre, Benjamin Pionnier a travaillé à Palerme, à Moscou, en Asie ou encore en Amérique du Sud. Il a dirigé l’Opéra national de Slovénie. Ce polyglotte passionné cultive autant l’humour que l’ouverture.
Arrivé fin 2015 au Grand Théâtre de Tours pour succéder à Jean-Yves Ossonce, il multiplie les rencontres et les échanges pour ouvrir cette vénérable institution culturelle à d’autres univers et  d’autres genres artistiques. Au programme de cette saison 2017/2018, les notes de "My Fair Lady" de Frederick Loewe résonneront dans la même enceinte que "Rigoletto" de Verdi. « La comédie musicale a tout à fait sa place au Grand Théâtre. La Flûte enchantée de Mozart, c’est la première comédie musicale de l’histoire », lance-t-il, sourire malicieux aux lèvres.

Sortir du répertoire classique, bousculer les habitudes, c’est une évidence pour Benjamin Pionnier, et c’est aussi la clé pour diversifier le public du Grand Théâtre. « Nous avons pas mal d’étudiants parmi nos spectateurs fidèles. L’opéra aujourd’hui ce n’est plus la Castafiore. Les artistes ont changé et ne sont souvent pas désagréables à regarder. Et vous pouvez venir voir un opéra en tchèque et tout comprendre grâce aux sous-titres. »

Benjamin Pionnier n’a de cesse d’offrir d’autres champs de découverte aux publics du Grand Théâtre. Il a établi ainsi des « complicités » avec le musée des Beaux-Arts, Jacques Vincey du théâtre Olympia, Thomas Lebrun du CCNT. Et le Grand Théâtre, c’est aussi des spectacles pour jeune public. Une réussite. « Nous avons énormément de demandes pour accueillir les scolaires. Des enfants susceptibles ensuite d’emmener leurs parents au concert ou à l’opéra ».Le Grand Théâtre propose même des concerts pour des bébés… « Nous avons été les premiers en France à organiser ce type de concert pour des enfants à partir de trois mois. A cet âge, ils n’ont pas d’a priori. La musique expérimentale ne leur fait pas peur ! ».

Toute la programmation du Grand Théâtre sur : http://www.operadetours.fr.

Crédit Photos : Alexia Mellier Imprimer