M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Blois : Un bol d'art frais pour le déjeuner de rentrée La Promenade artistique de Molineuf, qui bat actuellement son plein, était à l'honneur du déjeuner du Club de la Presse à Blois ce jeudi 13 septembre.
Ce qu'il faut retenir du déjeuner avec Olivier Saint-Cricq Le Club de la presse a invité Olivier Saint-Cricq, président du groupe La Nouvelle République du Centre-Ouest et Christophe Hérigault, directeur de la rédaction, le 14 juin dernier aux Belles Caves à Tours. Alors que la situation…
Merci Denis Par Matthieu PAYS

Ce qu'il faut retenir du déjeuner avec Olivier Saint-Cricq

Publié par Club de la Presse Centre - Val de Loire le 29/06/2018

Le Club de la presse a invité Olivier Saint-Cricq, président du groupe La Nouvelle République du Centre-Ouest et Christophe Hérigault, directeur de la rédaction, le 14 juin dernier aux Belles Caves à Tours. Alors que la situation du premier média de la région reste fragile, beaucoup s'interrogent sur la préservation des 475 emplois au sein du journal. Le patron du groupe s'est montré prudent. Voici ce que nous avons retenu de cette rencontre animée par Denis Rousseau. Par Stéphane FRACHET

Situation assainie, mais. Les résultats financiers du groupe Nouvelle République sont équilibrés, assure Olivier Saint-Cricq, président du directoire. Mais l'érosion du lectorat se poursuit. Or, le groupe de presse tourangeau tire encore 90% des ressources du print, et 50% de la publicité. « Nous avons perdu 10 millions d'euros de recettes publicitaires en dix ans », déplore Olivier Saint-Cricq. « Les recettes sur Internet ne changent pas la donne », ajoute-t-il.

Effectif. A la rédaction et dans les services support, lorsqu'il y a un départ en retraite, ou un départ volontaire, le principe est de ne pas le remplacer, sauf si c'est nécessaire. Qu'advient-il, par exemple, lorsque le futur retraité est seul en poste, comme c'est le cas au bureau d'Orléans, où le responsable, Bruno Besson, devrait faire valoir ses droits en fin d'année ? « C'est important de conserver un bureau dans la capitale régionale », assure Olivier Saint-Cricq. A l'imprimerie, le principe est différent et tous les départs sont remplacés. Selon Olivier Saint-Cricq, les accords pourraient être amenés à évoluer.

Projets. La Nounou veut développer sa marque, sur son territoire, en créant plus d'événements, ce qu'elle fait déjà avec, entre autres, un marathon, les tops des entreprises et les tops du tourisme. Quant aux projets étudiés, Olivier Saint-Cricq n'a rien révélé, évoquant des "verticales thématiques", et il a mis l'accent sur la gastronomie, l'art de vivre...

Gratuit ou payant. Le passage du site internet de la Nouvelle République en abonnement payant a provoqué un envol de la fréquentation des sites gratuits d'information, dont ceux du réseau France Bleu, Mag'Centre ou Info-Tours pour ne citer qu'eux. « On s'y attendait, mais la concurrence est partout, multiple, et c'est bien », avance Christophe Hérigault. « C'est une saine émulation », renchérit Olivier Saint-Cricq révélant que le site enregistre 5 000 abonnés payants. Mais Olivier Saint-Cricq met en garde sur le modèle économique du tout-gratuit sur le web que la NR a préféré troquer pour du payant. Le patron explique la transition : « Je ne peux pas dire à nos journalistes que leur travail ne vaut rien ». Concernant l'application sur mobile, les dirigeants du groupe ont expliqué qu'un problème technique était en cours de résolution.

 

 

 

ENCADRE////A propos de la loi sur les fausses informations

« Pourquoi devrait-on lutter contre les fausses nouvelles seulement pendant les campagnes électorales ? », s'est interrogé Olivier Saint-Cricq alors qu'il était questionné sur le projet de loi sur les fausses informations. « L'arsenal juridique existe déjà. C'est la loi (sur la presse) de 1881 », a-t-il souligné.

« Le problème c'est la chasse aux fausses nouvelles sur les réseaux GAFA (acronyme désignant les géants du web - NDLR). Comment s'y prendre ? C'est très compliqué, a-t-il commenté. Mon espoir, c'est que les gens vont en avoir ras-le-bol de recevoir des infos bidons sur les réseaux sociaux, et que cela va les pousser à se tourner vers les professionnels de l'information, vers l'information vérifiée, certifiée ».

Par ailleurs, estimant que la proposition de loi peut être « dangereuse pour la liberté d'expression », les associations de journalistes ont demandé l'abandon du projet « tel que proposé aujourd'hui ». L'application de la loi serait « au fond impraticable », jugent les associations de journalistes qui mettent en garde contre « l'imprécision d'un texte à double tranchant ».