M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Jean-Martin Dutour : « une bouteille de vin ne devrait pas coûter moins de 10 € » Vigneron-négociant en AOC Chinon, Jean-Martin Dutour a été élu en juin président d’InterLoire. Cet homme peu adepte de la langue de bois était l’invité du déjeuner du Club le 2 novembre. Par Ingrid PROUST
Le Off des Assises Des Assises avant les Assises ? C’est, en résumé, le principe des nouveaux rendez-vous initiés par le Club de la Presse Centre Val-de-Loire, en amont des prochaines Assises du journalisme qui se dérouleront du 14 au 17 mars…

Édito de Denis Rousseau, président du Club de la Presse Centre-Val de Loire

Publié par Denis Rousseau le 07/09/2017

PIANISTES

Les campagnes électorales sont des périodes fastes pour la presse : augmentation des tirages et des taux d'écoute... mais tout ne va pas pour autant au mieux dans le meilleur des mondes de l'information. Les journalistes qui vont sur le terrain ne sont pas à la fête : les politiques ont décidé de tirer sur les pianistes.

En butte à l'hostilité de concitoyens écoeurés par les affaires, des candidat(e)s ont désigné les pelés, les galeux d'où vient tout le mal et par qui le scandale arriverait. Il est devenu de bon ton pour les orateurs de faire siffler les journalistes dans les meetings. Enhardis par cette vindicte, des militants, voire des élus, s'autorisent à les insulter, à les bousculer. Des candidats vont jusqu'à établir des listes noires de journalistes jugés "hostiles"... dans une période où la fonction civique de l'information est plus que jamais nécessaire.

Comme l'exemple de cette détestation vient de haut, certains –y compris en dehors du champ politique-- se croient autorisés à faire chorus et prennent les journalistes pour cible dans les circonstances les plus imprévues. Le mois dernier, lors d'un concert du chanteur Gérald de Palmas à Monthou-sur-Bièvre, près de Blois, , une consoeur s'est vue confisquer sans ménagement son appareil photo. Dans la foulée, l'artiste sur scène a apostrophé la journaliste sans éviter le sexisme le plus ordinaire : "Je vois une dame avec un carnet... Si vous voulez, vous pouvez aussi venir prendre des notes pendant que je fais l'amour ! Et vous travaillez pour qui ? Modes et Travaux, sans doute ?".... Rires gras assurés dans le public...

Les professionnels de l'information se résignent à peine à l'hostilité des militants politiques, mais si les chanteurs commencent eux aussi à s'en prendre aux pianistes....

Crédit Photos : Droits réservés Imprimer