M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Les 4 Journées festives des Promenades photographiques Durant 4 jours, les Promenades photographiques de Vendôme proposent un programme d’animations spéciales autour de ses expositions et du patrimoine local. Ce marathon festif a débuté hier, entre découvertes œnologiques et apparitions…
Les Assises se penchent sur le Covid Les Assises du Journalisme de Tours nous donnent rendez-vous les 1er et 2 octobre à Mame et sur les réseaux numériques, pour une édition spéciale consacrée à l’information au temps du Covid. La première réflexion collective…
Promenades photographiques de Vendôme : objectif « ouverture » atteint La crise sanitaire n’aura pas eu raison des Promenades photographiques de Vendôme. L’édition 2020, qui s’ouvrira le 4 juillet, n’aura rien à envier à celles qui l’ont précédée. Par Anne-Sophie PERRAUDIN

ÉDITO/// Il y aura tant à dire...

Publié par Matthieu Pays le 01/07/2020

Par Matthieu PAYS

Ce MédiaLoire, que nous vous livrons alors que les incertitudes sont toujours fortes sur l’évolution de la situation sanitaire, pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Des questions sur l’état de la profession, bien sûr. La situation de nos confrères pigistes et indépendants qui est devenue plus précaire encore qu’elle ne l’était. La situation des entreprises de presse et même de communication, qui ont subi de plein fouet cette crise, l’audience s’étant massivement reportée sur internet là, justement, où le modèle économique est le plus fragile pour elles. 

Mais des questions aussi sur nos pratiques. Comment ne pas s'interroger en voyant, du jour au lendemain, toute notre profession se mettre en ordre de bataille et adopter un journalisme de guerre, relayant d’une seule voix, une parole officielle dictée par un corps médical, orné pour une fois, des étoiles de l’autorité militaire. Comment rester sans réaction face à la place prise par les réseaux sociaux, caisses de résonance (et de déformation) de nos fantasmes et de nos peurs les moins raisonnées ? Comment ne pas constater, une fois de plus, que l’image du jour, le débat du jour, la vérité du jour, l’urgence du jour, chassent celles de la veille avec une implacable force, remettant fortement en cause la profondeur de champs de l’information que nous délivrons ?

De tout cela, mais aussi de l’espoir que nous portons tous en nous, par notre pratique et notre réflexion quotidiennes, il y aura beaucoup à dire. Que cette parution soit une pierre à cet édifice commun que nous prolongerons ensemble, à Mame, les 1er et 2 octobre dans une édition spéciale des Assises du Journalisme intitulée “Informer au temps du Covid”. Rendez-vous est pris.