M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Ce qu'il faut retenir du déjeuner avec Olivier Saint-Cricq Le Club de la presse a invité Olivier Saint-Cricq, président du groupe La Nouvelle République du Centre-Ouest et Christophe Hérigault, directeur de la rédaction, le 14 juin dernier aux Belles Caves à Tours. Alors que la situation…
Merci Denis Par Matthieu PAYS
Matthieu Pays a conquis… Denis Rousseau muté en Amérique centrale, Matthieu Pays, responsable de tmv et des thématiques à La Nouvelle République, a été élu président du Club. Portrait d’un journaliste turbineur. Par Alexia MELLIER

Les inégalités, le poids des chiffres… et des mots

Publié par Club de la Presse Centre - Val de Loire le 17/05/2018

Le directeur de l’Observatoire des Inégalités, Louis Maurin, était l’invité du déjeuner du Club de la Presse qui s’est tenu à Tours le 5 avril dernier. L’occasion pour l’ancien journaliste de faire le point sur les fondements de cet organisme indépendant, qui s’apprête à publier l’ouvrage "Comprendre les inégalités". Par Emilie MENDONÇA.

Un centre d’expertise indépendant et d’envergure nationale, basé à Tours, c’est possible ! Et c’est le cas de l’Observatoire des Inégalités, fondé au lendemain des élections de 2001-2002 qui ont vu la première percée historique du Front National. Né de cet électrochoc, qui a poussé une poignée d’intellectuels à analyser et comprendre le pourquoi de cette situation, l’Observatoire étudie les inégalités au sens large : « nous croisons les disciplines et les points de vue, car les inégalités ne sont pas seulement les inégalités de revenus. On peut citer aussi les rapports homme/femme, l’éducation ou l’accès à la culture… » expliquait son président Louis Maurin le 5 avril dernier.

La petite équipe de l’Observatoire s’attèle ainsi en toute liberté à la collecte de données de toutes sortes, pour les compiler, les ordonner, mais aussi les mettre en question. Un exemple ? La notion de seuil de pauvreté aujourd’hui utilisée par la plupart des sondeurs et autres économistes est calculée relativement au niveau de vie médian de la population, généralement 60% de celui-ci. Mais si le revenu médian baisse, le seuil aussi… Les chiffres qui circulent sur la pauvreté en France sont donc très relatifs.

En étudiant et en questionnant ces chiffres avec le recul nécessaire, l’Observatoire tente donc de proposer une vision plus fidèle de la réalité française. Il en va de même pour l’état du système éducatif ou les liens entre pauvreté et âge, géographie ou milieu socio-professionnel, qui font tous l’objet d’une analyse contrastée. Et si la comparaison avec d’autres pays européens n’est pas forcément la panacée, elle est utile pour cette prise de distance intellectuelle.

Mais à côté des chiffres, Louis Maurin souligne que les mots importent tout autant, si ce n’est plus : « le poids des mots est essentiel. Les inégalités impactent et créent des tensions dans le vivre-ensemble. Dire que les inégalités augmentent ou baissent dépend de la période envisagée et du type d’égalité. Le problème de notre société n’est donc pas tant le niveau des inégalités, mais l’écart entre les promesses faites, et les réalités vécues par la population, qui accroissent le sentiment d’inégalité».

Face au discours politique prônant l’égalité, l’Observatoire des Inégalités oppose donc des faits et des analyses disponibles aussi bien pour les médias que pour le grand public via le site internet www.inegalites.fr. On y retrouve les dernières données et études publiées, mais aussi le financement participatif du prochain ouvrage Comprendre les inégalités, à paraître cet été.