M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Attentats, suicides, maladies : comment traiter du sensible ? Face à l’indicible, comment avoir la distance et la pudeur nécessaire pour informer sans voyeurisme ? Un défi à l’heure de la surenchère à l’émotion amplifiée par l’omniprésence des chaînes télé d’infos en continu.…
Les femmes dans les médias: bientôt l’égalité ? A l’occasion du débat sur les femmes dans les médias sur la 12ème édition des Assises du journalisme, Elsa Freyssenet, grand reporter, est venue témoigner de l’action des femmes de la rédaction des Echos pour l’égalité…

Les projets et chantiers de l'université avec Philippe Vendrix

Publié par Club de la Presse Centre - Val de Loire le 01/10/2018

Devant une bonne quarantaine d'adhérents du Club, le président de l'université de Tours Philippe Vendrix a balayé l'actualité étudiante, et politique le 6 septembre dernier aux Belles Caves à Tours. Voici ce que nous en avons retenu.

29.000 étudiants.
L'université de Tours comptera cette année un nombre d'étudiants en légère progression, autour de 29.000 personnes. Philippe Vendrix estime qu'il ne serait pas raisonnablement financièrement d'en accueillir plus. "En raison d'un calcul ancien qui n'a jamais été révisé, Orléans et Poitiers (dont l'effectif progresse plus fortement-ndlr) sont mieux dotés que nous. 6.500 euros pour un étudiant à Tours, environ 8.500 à Orléans et Poitiers. Sans cela, nous pourrions accueillir plus d'étudiants, mais au détriment des conditions d'enseignement", résume-t-il. 

Tanneurs.
L'université veut améliorer l'accueil de l'espace Thélème aux Tanneurs et en finir avec les filets de protection tendus sur les façades de ce bâtiment emblématique au coeur de la ville et au bord de la Loire. 15 millions d'euros de travaux seront réalisés. Autre priorité immobilière : agrandir l'école d'ingénieurs Polytech. 

Philosophie.
Interpellé sur des filières qui manquent cruellement d'étudiants, et dont l'avenir est compromis, comme la philosophie, Philippe Vendrix répond par une question : "Que dois-je dire à des étudiants qui se serrent dans des amphis, avec un seul professeur, quand d'un autre côté, il y a un professeur de haut niveau pour 7 ou 8 étudiants ? "

Municipales.
La présidence de l'université de Tours peut servir de marchepied vers la mairie. Philippe Vendrix serait-il ce mystérieux personnage de la société civile que nombre de militants d'En Marche aimeraient placer en tête de leur liste ? "Je ne vous dirai pas si j'ai été contacté. Ce que je peux vous dire, c'est que j'ai un mandat de président de l'université et un projet que j'aimerais amener à son terme", écarte-t-il.