M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Une petite musique Édito par Matthieu PAYS
Annuaire des médias, nouveau site du Club : les chantiers sont lancés Ca y est, c’est parti ! En cette rentrée, le Club de la Presse vient de lancer deux chantiers d’envergure qui concernent, l’un comme l’autre, ses publications.
Prix du Livre d'actualité du CPCVL : Caroline Langlade distinguée pour Sortie(s) de secours Pour sa première édition, le Prix du Livre d'actualité du Club de la presse CVDL sera remis le 13 octobre prochain à Caroline Langlade, auteur de Sortie(s) de secours (Ed. Robert Laffont), lors du Salon du Livre de Saint-Doulchard…
Les projets et chantiers de l'université avec Philippe Vendrix Devant une bonne quarantaine d'adhérents du Club, le président de l'université de Tours Philippe Vendrix a balayé l'actualité étudiante, et politique le 6 septembre dernier aux Belles Caves à Tours. Voici ce que nous en avons…

Matthieu Pays a conquis…

Publié par Club de la Presse Centre - Val de Loire le 29/06/2018

Denis Rousseau muté en Amérique centrale, Matthieu Pays, responsable de tmv et des thématiques à La Nouvelle République, a été élu président du Club. Portrait d’un journaliste turbineur. Par Alexia MELLIER


Pas facile d’être l’intervieweur interviewé. Quelques secondes suffisent pour que Matthieu Pays se laisse aller au jeu. Pas le choix. En tant que nouveau président du Club de la Presse Centre Val de Loire, l’exercice lui est imposé. On veut tout savoir.

Matthieu Pays est né à Nevers en 1971. Etonnant, il ne fait pas ses 47 ans. Son visage enfantin lui donnerait presque la même intemporalité qu’à Tintin. D’ailleurs, la comparaison avec le personnage de BD est facile : bon, pas pour la houppette ni pour la culotte de golf mais pour son allure fringante et son visage plein de malice… Mais quand Tintin est reporter globe-trotteur, Matthieu Pays est bien prophète en son pays. A Tours, sa casquette est double : responsable du service thématique de la NR et chef de l’édition de tmv.

Un homme de paroles

Si l’on revient aux origines, pourtant, on était loin de s’imaginer que Matthieu Pays allait épouser une telle carrière. Maman et papa travaillaient tous deux à la Banque de France, à Nevers, à Poitiers puis à Paris. « J’ai eu une enfance itinérante », dit-il. Son adolescence, il l’a passée dans le 16ème arrondissement, dans la tristement célèbre rue Lauriston : « C’était un quartier que je n’aimais pas du tout - bourgeois, nouveaux riches – à l’image de mon lycée, Janson-de-Sailly ». Rien à voir avec la personnalité plus provinciale de Matthieu Pays.

Dans ses moments de blues, le jeune Matthieu sortait sa guitare et son crayon pour écrire des chansons, « ambiance geek et chanteur solitaire de variété française, registre hyper ringard à l’époque », dit-il dans un sourire. Sa famille – sa femme et ses deux enfants – et ses amis tourangeaux lui prêtent aujourd’hui volontiers l’oreille. « J’ai récemment suivi un stage d’écriture avec le groupe Volo. J’écris et je joue les chansons des autres ». Biberonné à Brassens, il a enrichi sa playlist des morceaux de Dominique A, Thomas Fersen, Brigitte… Matthieu aime les Hommes de paroles.

Après son bac B (économique et social), Sciences Po Grenoble puis deux ans à l’Institut Pratique du Journalisme à Paris, « une scolarité assez linéaire », il entre comme petite main dans un groupe de presse professionnel parisien spécialisé dans l’animalerie et la fleuristerie. « Personne ne voulait prendre en charge le magazine « Vivre avec les oiseaux », ce que je fis ». Sans pour autant avoir d'affinité ornithologique. Matthieu se voit confier d'autres supports. Si bien qu'à 23 ans, il revêt le costume de rédacteur en chef adjoint puis à 25, celui de réd’chef. 

« tmv » affiche la couleur

En 2000, un poste de journaliste s’ouvre au service thématique de La Nouvelle République à Tours. Matthieu, du haut de ses 29 ans, postule et « banco ! » comme dirait son avatar sur les réseaux sociaux. « La NR voulait étoffer son service thématique avec quelqu’un de spécialisé dans la presse mag’ ». Les origines tourangelles des parents de Matthieu jouent en sa faveur. « On a lancé le Guide Week-end et différents concepts de magazines en one-shot : La région libérée, un magazine sur les 50 ans de la Libération, vendu à 70.000 exemplaires, les affaires criminelles en région, le journal rétrospectif de l’année, les 30 ans du Futuroscope… » liste-t-il. Avant l’arrivée du quotidien gratuit 20 Minutes à Tours, « ce qui risquait de donner un coup de vieux à la NR », la direction met le serial lanceur au défi de mettre sur pied un hebdo gratuit en six semaines. Le lancement de tmv est réussi.

De journaliste, Matthieu passe chef d’édition de l’hebdo, tiré à 30 000 exemplaires. La formule marche. Comme en témoignent les 300 numéros déjà parus. Les Millennials adorent. Pour afficher la différence de ton, tmv arbore une couleur détonante – « magenta 100% »  ou rose fuchsia pour les néophytes -, une calligraphie inhabituelle, un logo représenté par des flamants roses et soumet aux lecteurs des contenus parfois fantasques (cf. les horoscopes). Les journalistes assument leur style « je n’écris pas comme tout le monde et si ça vous gêne, bah c’est la même ». Deux ans après le lancement, Matthieu est nommé responsable du service thématique de la NR (150 suppléments par an qui couvrent cinq départements, 4 à 5 magazines différents et une dizaine de personnes employées) ancrant davantage sa signature dans le groupe.

Une force motrice

Membre du club de la presse depuis 2008, simple adhérent puis membre du Conseil d’administration et secrétaire général, l’homme de réseau a déjà bien œuvré pour le club en créant les #OFF des Assises en partenariat avec l’association Journalisme & Citoyenneté, les « Salons club » aux Assises Internationales du Journalisme de Tours, pour ne citer que ces actions.

Depuis sa nomination à la présidence, sa turbine cérébrale fonctionne à plein régime ! Son credo : donner plus de visibilité au club par différents canaux pour montrer ce qui a déjà été fait et ce qu’il reste encore à faire; éduquer sur les médias dans les écoles de la région, un rôle qu’il considère comme « une fonction citoyenne importante »
L’appel est lancé à tous les adhérents motivés ! Une précaution toutefois, travailler aux côtés de Matthieu Pays, c’est être pris dans un engrenage impétueux peut-être, bien huilé certes : à peine imaginés, les projets prennent forme en toute simplicité…

 ----------------------------------------------------

Questionnaire de Proust… (en tout cas, ça y ressemble)

Ton journal : « Le Phare de Ré, après la NR bien sûr »

Ton lieu : « La Boîte à livres »

Quelle qualité tu préfères chez un homme : « la sensibilité, je déteste les prétentieux »

Et chez les femmes : « pareil. Je ne distingue pas les deux »

Ton livre du moment : « « Les Lettres à Anne » de François Mitterrand, il faut du temps pour le lire (1 200 pages, CQFD) »

Ton défaut : « t’es dure ! hum… L’impatience »

Ta qualité : « savoir écouter »

Ton sport : « la course à pied »

Ton héro : « Goldorak, c’est difficile de le dépasser ! »

Ton artiste : « j’ai une tendresse spéciale pour Souchon que j’ai eu le plaisir de rencontrer plusieurs fois. Quand on rencontre les hommes, on les considère différemment »

Ta devise : « l’euro ! » (lol)

Le pays où tu aimerais vivre : « Lisbonne, car tu peux boire des coups dans des kiosques, c’est top, et le Vietnam, à Hanoï, cité à la fois pétrie de traditions, en plein développement et moderne ».

Ton vœu pour le club en un mot : « échanges. Qu’on fasse en sorte que ce soit une plateforme d’échanges entre nous, membres, et le reste du monde ! ».