M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Attentats, suicides, maladies : comment traiter du sensible ? Face à l’indicible, comment avoir la distance et la pudeur nécessaire pour informer sans voyeurisme ? Un défi à l’heure de la surenchère à l’émotion amplifiée par l’omniprésence des chaînes télé d’infos en continu.…
Les femmes dans les médias: bientôt l’égalité ? A l’occasion du débat sur les femmes dans les médias sur la 12ème édition des Assises du journalisme, Elsa Freyssenet, grand reporter, est venue témoigner de l’action des femmes de la rédaction des Echos pour l’égalité…

Disparition de Guy Bonnet

Publié par Alexia Mellier le 10/01/2018
 

Peu de temps après la disparition de François Régis Hutin, patron de Ouest-France, un autre grand journaliste a tiré sa révérence. Guy Bonnet est mort le 3 janvier à l’âge de 94 ans. Une belle carrière, une longue vie ponctuée de jours glorieux ou bien moins.
Dès l’âge de 19 ans, Guy Bonnet est entré dans la résistance, intégré aux maquis FTP. Puis il rejoint la première armée française comme volontaire, deux actes qui lui vaudront d’être décoré de la croix des Combattants volontaires de la Résistance et de l’Ordre national du mérite.
Après la guerre, il écrit plusieurs ouvrages : « Vichy et l’Occupation », « Les Ponts de la Loire en 1940 » ou « La Touraine autrefois ». Dès 1956, Guy Bonnet entre comme journaliste à La Nouvelle République à Châteauroux dans l’Indre puis il arrive à Tours où il occupe plusieurs postes. A 47 ans, il est nommé rédacteur en chef de La Nouvelle République. Le journal garde en mémoire « Son visage [qui] s’éclairait souvent d’un sourire bienveillant ».