M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Les 4 Journées festives des Promenades photographiques Durant 4 jours, les Promenades photographiques de Vendôme proposent un programme d’animations spéciales autour de ses expositions et du patrimoine local. Ce marathon festif a débuté hier, entre découvertes œnologiques et apparitions…
Les Assises se penchent sur le Covid Les Assises du Journalisme de Tours nous donnent rendez-vous les 1er et 2 octobre à Mame et sur les réseaux numériques, pour une édition spéciale consacrée à l’information au temps du Covid. La première réflexion collective…
Promenades photographiques de Vendôme : objectif « ouverture » atteint La crise sanitaire n’aura pas eu raison des Promenades photographiques de Vendôme. L’édition 2020, qui s’ouvrira le 4 juillet, n’aura rien à envier à celles qui l’ont précédée. Par Anne-Sophie PERRAUDIN

Les Assises se penchent sur le Covid

Publié par Matthieu Pays le 01/07/2020

Les Assises du Journalisme de Tours nous donnent rendez-vous les 1er et 2 octobre à Mame et sur les réseaux numériques, pour une édition spéciale consacrée à l’information au temps du Covid. La première réflexion collective de la profession sur le traitement et les effets de la crise. Détails avec Jérôme Bouvier, président des Assises. Propos recueillis par Matthieu PAYS


Jérôme Bouvier lors de la précédente édition des Assises du Journalisme à Tours en 2019. Photo : CPCVL/ A.Mellier.


A quoi va ressembler cette édition spéciale « Informer au temps du Covid ? »

Eu égard à la situation sanitaire, qui est encore incertaine, nous avons dû renoncer à tout ce qui, dans le cadre des Assises, génère de grands rassemblements. Il n’y aura donc pas dans l’édition d’octobre, de soirées au Théâtre Olympia ni de visites de collégiens, les enseignants étant dans l’incapacité de se projeter sur quelque sortie scolaire que se soit pour la rentrée. De même, notre partenaire La Boîte à Livre nous indique qu’aucune signature d’auteur ne peut être programmée, en l’état actuel des choses, pour le mois de septembre. La mort dans l’âme, nous devons donc renoncer à notre Salon du livre du journalisme. 

 

Pour autant, il ne s’agit pas d’une édition à huis-clos...

Non, pas du tout. Les Tourangeaux sont bel et bien invités à venir, gratuitement toujours,  assister aux débats. Les règles de distanciation seront bien évidemment respectées. Pendant ces deux jours, Mame sera reconfiguré en espace de convivialité, mais aussi en studio public où se dérouleront les débats. On pourra venir sur place ou les suivre en direct, en streaming, de 9 h à 20 h sur les réseaux de nos médias partenaires. 

 

Quel est le programme de ces deux jours ?

Nous allons garder la structure habituelle des Assises. Le matin, nous serons plus sur des thématiques métier et les sujets ne manquent pas, concernant cette crise inimaginable que nous venons de vivre. Est-ce la fin de la presse papier ? Le télétravail va t-il durablement impacter les pratiques journalistiques ? Quel nouveau modèle économique, après l’effondrement des marchés publicitaires ? L'après-midi et le soir, nous aurons des débats et des cartes blanches, avec des journalistes, des chercheurs, sur des problématiques plus vastes qui, je le crois, tourneront beaucoup autour de cette notion de peur que nous avons collectivement entretenue. 

 

Quid des rendez-vous habituels des Assises ?

Eh bien, ils seront au rendez-vous. Jamy Gourmaud viendra remettre le Prix Éducation Média Information et Caroline Roux sera là aussi pour remettre les quatre Prix des Assises 2020 qui n’ont toujours pas de lauréat. Des événements auxquels, naturellement, les Tourangeaux sont conviés. D’autre part, nous avons ajouté des questions propres à la crise du Covid à notre baromètre annuel des Assises qui sera dévoilé à Tours.

 

Et qu’en est-il de l’édition consacrée à l’urgence climatique ?

Elle est tout simplement reportée au printemps prochain. Nous ne voulions pas que la situation actuelle ne viennent brouiller cette réflexion très attendue et qui sera, c’est une certitude, encore au coeur de l’actualité en avril prochain.