M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Assises 2018 - Conférence Science, santé, complexité : A qui profite le doute ? Dans le cadre des Assises du journalisme, vendredi 16 mars 2018, s'est tenue une conférence sur le thème "Science, santé, complexité : à qui profite le doute ?"
Assises 2018: Presse Club avec Yolaine de La Bigne "sois belle et bats-toi!" Pour le 3ème Presse Club des #Assises2018, Matthieu Pays recevait Yolaine de La Bigne chroniqueuse sur Sud Radio et auteure de "Sois belle et bats-toi !" - Manifeste féministe des femmes féminines.
Assises 2018 - Science, santé, complexité: à qui profite le doute ? Nathalie Picard interview Yves Sciama journaliste scientifique indépendant président de l'AJSPI (Association des Journalistes Scientifiques de la Presse et de la Technologie)
Assises 2018: Sophie Massieu, journaliste baroudeuse et non voyante Aurélie Dunouau interview Sophie Massieu, journaliste indépendante, sur le thème du journalisme et du handicap. Elle a notamment réalisé l'émission "Dans tes yeux" sur Arte.

Un tour d'honneur bien mérité

Publié par Antoine Burbaud le 06/03/2018

Jean-Eric Zabrodsky vient de tirer sa révérence, après 41 ans de carrière de journalisme sportif à La Nouvelle République du Centre Ouest. Une personnalité et une plume, reconnue par la profession, puisqu'il remporta plusieurs prix, dont le prestigieux Antoine-Blondin. Par Antoine BURBAUD

Honoré, médaillé ou intronisé ici ou là, dans une cave, sur un plateau TV ou devant un parterre de sportifs amateurs : c'est un véritable tour d'honneur que réalise depuis trois mois celui qui a, 41 années durant, narré les exploits et les performances des sportifs tourangeaux. Avec la couverture de trois coupes du Monde et de trois championnats d'Europe, entre 1996 et 2006, en tant qu'envoyé spécial du journal, Jean-Eric Zabrodsky a également de plus de 2000 matchs de football au compteur, dont un certain nombre du Tours FC (et FCT) au stade de la Vallée du Cher, sa seconde maison, à deux pas de chez lui d'ailleurs.  

 

Des histoires à dormir debout

Les lecteurs de la NR et de ses pages sportives sont désormais orphelins de « JEZ » et de sa plume ; de ses envolées, de ses humeurs, de ses coups de coeur et de ses histoires à dormir debout. Comme celle qui lui valu le prestigieux prix Blondin, le Graal du journaliste sportif.

« Pendant l'Euro 96, en Angleterre, épuisé, je m'étais endormi tard le soir dans ma voiture sur un parking de la banlieue de Leeds. J'ai été réveillé par une horde de supporters anglais bien éméchés qui ont secoué ma voiture et m'ont forcé à boire du lait et du whisky. Je déteste les deux. Finalement, ils m'ont laissé et sont repartis en chantant "La Marseillaise"… Durant ce séjour, une aile de notre avion avait pris feu, j'avais fini enfermé dans un stade… Des mésaventures que j'avais raconté dans un papier intitulé "The black cat" »

Autre distinction, trois ans plus tôt, le prix du Crédit Lyonnais, pour un papier d'ambiance, lors d'une rencontre départementale de baby-judo. Au milieu des enfants, un terrain de jeu sur lequel il excellait. Et au milieu des sportifs, des bénévoles et des champions, qu'il a tant admiré. « Mon métier m'a permis de rencontrer des centaines de personnes incroyables. Des champions et des anonymes, des jeunes qui ont parfois sacrifié leur jeunesse pour leur passion et leurs rêves. »

Sur l'évolution du sport, il tempère toutefois. « Plus haut, plus vite, plus fort. C'est souvent épatant, mais parfois horrifiant, comme le rugby, qui devenu une course à l'armement... » Et sur les travers et les dérives du sport contemporain, aussi, qui peut faire perdre la tête. Comme ce soir d'été 2016, lorsqu'il fut interdit de stade et que son collègue, Frédéric Launay, en fut sorti manu militari. La faute à un président mécontent du traitement médiatique de son club. Un épisode douloureux pour JEZ qui, sur l'instant, a fait un malaise vagal, puis un burn-out et une longue période difficile.

 

Le Vin ligérien, pour le plaisir

« Cela m'a atteint mais aussi permis de me rendre compte de tout ce que j'ai pu sacrifier pendant 41 ans. J'ai eu la chance inouïe de vivre, d'exister, de faire entendre ma voix, de mettre en avant des inconnus, des sports comme le football américain ou la pétanque. Mais parfois, à un certain prix... »

Même s'il va continuer à alimenter la revue du Vin Ligérien de son ami de toujours, Jean-Claude Bonnaud, comme depuis le début de l'aventure - « un vrai bonheur, de magnifiques rencontres » - une page s'est tournée. JEZ a tiré sa révérence, avec un tout dernier papier, une dernière histoire, qui illustre à lui seul son style et son approche du métier. A découvrir ici : https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/pierrot-comme-on-n-en-fait-plus

 

--

Bio express

1976 : entrée à La Nouvelle République du Centre Ouest, aux Informations générales (service des sports).

1980 : il intègre le service des sports 37, qu'il dirigera à partir de 2002.

1994 : prix « Crédit Lyonnais » du meilleur article de presse sportive.

1997 : prix Antoine-Blondin.

2003 : publie le roman « Le popotier de la croisière jaune », aux éditions Cheminements.

2011 : collabore au Vin Ligérien depuis son lancement, avec son ami Jean-Claude Bonnaud. 

2017 : retraite, après 41 ans de carrière.

 

* Jean-Eric Zabrodsky était l'invité du déjeuner du Club le jeudi 8 mars dernier à Tours.

Crédit Photos : c CD37 / Christophe Raimbault (photo recadrée) Imprimer