M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir

Corinne Bian Rosa : la com' en terres malgaches

Publié par Stéphane de Laage le 04/09/2017

TV Corinne Bian Rosa, journaliste à la rédaction de France 3 Centre-Val de Loire, a offert deux semaines de « congés solidaires », au service d’une mission humanitaire à Madagascar. Rencontre.

Planète Urgence met des bénévoles à la disposition d’associations du monde entier, identifiées pour avoir besoin de certaines compétences. Ainsi, la journaliste Corinne Bian Rosa est-elle partie à Mahajunga, ville de 250.000 habitants sur la côte nord-ouest de Madagascar, pour accompagner les besoins de communication d’une association locale. Enda, c’est son nom, s’occupe de femmes battues, d’adolescents en difficulté et de mortalité infantile. Des sujets complexes pour lesquels, passer les messages est essentielle. « Mais sans smartphone ni I-Pad, avec un WiFi aléatoire, la TV et la radio inexistantes dans les bas quartiers, les plans de com' sont complexes, explique Corinne. Alors on fait appel au camion Tam-tam et aux chefs de quartiers pour être des porte-voix ! »

Avec des ordinateurs de fortune, Corinne s’est aussi attelée à la création d’outils pour gérer des questionnaires et l’analyse des informations. « Avec les techniques journalistiques, mes stagiaires ont aussi fait des papiers sur leur activité, se réjouit-elle. Ils ont découvert Siri, appris à maîtriser iMovie et filmé avec mon I-Pad ». Ils savent maintenant publier sur la page Facebook de leur association, même s’ils ne peuvent pas encore l’alimenter eux-mêmes, faute d’outils. Mais Corinne est confiante : « Un jour prochain, dit-elle, ils auront ces moyens techniques, c’est certain ».

La carte de presse vissée au fond de la poche

« A Madagascar, si vous voulez faire parler de vous, il faut payer les journalistes ! La corruption est partout ». Naturellement Corinne avait envie de saisir sa carte de presse et d’écrire sur ces états de fait. Mais son engagement caritatif le lui interdisait. Frustrée de ne pouvoir enquêter sur la réalité des choses, « je me suis contentée de quelques papiers sous la forme de carnets de voyage ».


Crédit Photos : Droits réservés Imprimer