M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir

Apéro Pigistes

Publié par Nathalie Picard le 24/11/2016

« La pige n'est pas une dérogation au droit du travail » À l'invitation du pôle pigistes, six journalistes se sont retrouvés autour d'un apéro pigistes le 3 novembre 2016 au Club de la Presse Centre - Val de Loire. L'occasion de passer un moment convivial et d'échanger avec l'avocate Jacqueline Pierné.

Forte de son expérience en droit du travail, Jacqueline Pierné a eu l'occasion, par le passé, de défendre quelques adhérents du Club. L'essentiel de la discussion a tourné autour de la collaboration entre un journaliste pigiste et une rédaction. À partir de quand peut-on qualifier la collaboration de « régulière » ? Que faire en cas de baisse des commandes ? Quels sont les droits du journaliste pigiste et comment les faire valoir ? « D'après le code du travail, les journalistes rémunérés à la pige par une entreprise de presse sont des salariés », a rappelé l'avocate. Un arrêt de principe de juin 2009 précise qu'en l'absence d'écrit, une entreprise de presse et un journaliste qui travaillent ensemble régulièrement, pendant une longue période, sont liés par un CDI. Les difficultés : évaluer le temps de travail hebdomadaire correspondant, appréhender la notion de régularité et de « longue période ». En tout cas, l'employeur ne peut pas rompre la collaboration sans engager les démarches adéquates (licenciement ou autre). Et si les commandes se raréfient ? « Il ne faut pas hésiter à taper du point sur la table, surtout si cela arrive suite à plusieurs mois ou années d'activité, répond Jacqueline Pierné. La pige est juste un mode de rémunération, ce n'est pas une dérogation au droit du travail. »

Nathalie Picard

En savoir plus  :
- service-public.fr
- snj.fr/menu-pigistes
(liens ci-dessous)

Crédit Photos : Marie Remande Imprimer