M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir

Aujourd’hui (18 décembre) Le Monde a 70 ans !

Publié par Club de la Presse Centre - Val de Loire le 18/12/2014

le club de la presse ne pouvait pas rater cet événement. Voici le portrait de son créateur publié dans notre almanach 2015 et écrit par Pierre Belsoeur, animateur départemental de l’Indre.

 


Hubert Beuve-Méry est né le 5 janvier 1902. Rien ne prédispose ce parisien, issu d’une famille modeste à devenir le fondateur du journal référence de la presse française. Et surtout, ironie de l’histoire, il le fait à la demande du général de Gaulle, alors qu’il est réputé pour son anti gaullisme.

 

Les Nouvelles religieuses, journal catholique et conservateur, lui offre les premières opportunités de manier la plume. Ses idées politiques de l’époque le conduisent vers les groupuscules fascistes alors qu’il prépare son doctorat en droit.

Enseignant à l’Institut Français de Prague, il devient correspondant de plusieurs quotidiens parisiens, puis démissionne en 1938.

 

Son opposition au général de Gaulle date du début de la seconde guerre mondiale. De Gaulle est à Londres et Beuve-Méry enseigne dans une école de cadres créée par le régime de Vichy. Il ne rejoindra la Résistance qu’en 1942 et termine la guerre dans l’armée de libération en qualité de lieutenant.

 

Hubert Beuve-Méry est l’hebdomadaire Temps Présents lorsque de Gaulle, qui ne l’aime pas («Vous n’êtes pas des miens» dira haut et fort le Général), lui demande de créer, avec l’aide du gouvernement français, un quotidien de référence.

De Gaulle ainsi, même s’il n’a guère d’affinité avec Beuve-Méry, lui reconnait d’indéniables compétences journalistiques. Le premier numéro du Monde parait le 18 décembre 1944.

 

Hubert Beuve-Méry apporte son soutien à la constitution de la IVème république en 1946, au retour de de Gaulle au pouvoir et à la Vème république en 1958.

En revanche, il s’oppose au projet d’élection du président de la République au suffrage universel et appelle à voter contre de Gaulle en 1965.

 

Sirius, son pseudonyme d’éditorialiste sera désormais le critique permanent de la politique gaullienne et aura finalement le dernier mot puisqu’il appellera à voter « non » au référendum de 1969 qui provoquera le départ du général de Gaulle.

 

La notoriété d’Hubert Beuve-Méry, décédé en 1989 à Fontainebleau, est fondée sur son exigence professionnelle basée sur l’habitude de recouper ses informations et d’assurer la protection des sources d’information des journalistes.

 

 

Pierre Belsoeur