M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Une petite musique Édito par Matthieu PAYS
Annuaire des médias, nouveau site du Club : les chantiers sont lancés Ca y est, c’est parti ! En cette rentrée, le Club de la Presse vient de lancer deux chantiers d’envergure qui concernent, l’un comme l’autre, ses publications.
Prix du Livre d'actualité du CPCVL : Caroline Langlade distinguée pour Sortie(s) de secours Pour sa première édition, le Prix du Livre d'actualité du Club de la presse CVDL sera remis le 13 octobre prochain à Caroline Langlade, auteur de Sortie(s) de secours (Ed. Robert Laffont), lors du Salon du Livre de Saint-Doulchard…
Les projets et chantiers de l'université avec Philippe Vendrix Devant une bonne quarantaine d'adhérents du Club, le président de l'université de Tours Philippe Vendrix a balayé l'actualité étudiante, et politique le 6 septembre dernier aux Belles Caves à Tours. Voici ce que nous en avons…

Focus sur les Promenades Photographiques de Vendôme

Publié par Club de la Presse Centre - Val de Loire le 29/06/2018

La quatorzième édition des Promenades Photographiques ouvre ses portes le 23 et 24 juin jusqu’au 2 septembre 2018 à Vendôme.



En plein boom photographique, l’époque assiste à une renaissance, un renouvellement, une réinvention de la photographie et du métier de photographe. Depuis sa création en 2005, les Promenades Photographiques ont tenu le pari de croire encore à l’inédit et aux auteurs. Le festival a eu à coeur de dévoiler de nouvelles et diverses écritures photographiques. Cette année, se poursuit la composition éclectique, paritaire et inédite des Promenades Photographiques. Á travers un parcours immersif dans Vendôme, le public découvrira les narrations plurielles d’artistes émergents ou reconnus issus de 7 pays. D’Ouka Leele à Rémi Chapeaublanc, de Nicolas Henry à Inta Ruka, s’exposeront au regard 26 langages photographiques. Des projections et le 8e salon de l’édition et du livre ponctueront ce rendez-vous de l’image.

Le festival tient à transmettre son engagement pour l’art et la pédagogie. A travers deux laboratoires expérimentaux, l’Atelier des Photos Et des Mots et le Campus international, le Prix Mark Grosset créé par le festival, il perpétue sa mission photographique en articulant une relation ténue entre la culture et l’éducation, ces essentiels qu’il soutient et défend.

L’Atelier des Photos Et des Mots, encadré par Philippe Andrieu, favorise l’accès démocratique à une production artistique et une culture photographique, à des collégiens, femmes isolées, allocataires au minima sociaux ou détenus. A travers des ateliers d’expression, chaque participant, appareil numérique en main, devient acteur, metteur en scène et créateur de lien social. La photographie agit alors comme un révélateur identitaire, à la fois dans leur rapport avec le monde et eux-mêmes. Le langage de l’image devient une parole commune et singulière, grâce à laquelle chacun se valorise et développe une philosophie du « vivre-ensemble ». Cet espace de création et de dialogue privilégie un temps long. Leurs œuvres sont consacrées par une exposition en extérieur au Parc des Tilleuls. Le Campus, dirigé cette année par Mat Jacob, réunit trente élèves issus d’écoles de photographie européennes : Agnès Varda (Bruxelles), ETPA (Toulouse), La Sorbonne, EMI et Les Gobelins (Paris). Il est un espace pédagogique, un terrain de jeux, de libertés, de contraintes aussi, où se croisent les regards d’étudiants aux identités plurielles. Chacun photographie de concert, solidaire avec les uns et les autres, se prête au jeu du collectif, au service d’une exposition de groupe. L’enjeu est de perpétuer le questionnement artistique, et bien ailleurs, donner à voir et promouvoir la jeune création photographique. Leurs images sont exposées sur le mur extérieur, face au Manège Rochambeau, et y sont diffusées dans la cabine de projection.

Le Prix Mark Grosset trace un trait d’union entre dix-neuf  écoles de photographies internationales, entre les pays, les enseignements et pédagogies, les langages photographiques. Il expose les regards contemporains de la nouvelle génération. Un jury composé de Sarah Moon, Marc Simon, Christian Gattinoni, Patricia Couturier, Stéphanie Knibbe, Xavier Renard, Patricia Morvan, Ljubisa Danilovic et Christine Ollier, consacre les deux lauréats des catégories : photographie documentaire et plasticienne. Chacune des séries des étudiants, exposée dans les Écuries Rochambeau, dessine une géographie de différents territoires et cultures, traverse et redéfinit ipso facto de nouvelles frontières et de nouveaux champs.

Les écoles 2018 sont Agnès Varda, La Sorbonne, ETPA, EMI, ENS Louis Lumière à Paris, ESA Saint-Luc, Escuela de Fotografia Creativa à Buenos Aires, Les Gobelins, SPEOS à Paris, CEGEP De Matane au Québec, EFET à Paris, ENSA à Bourges, ENSP à Arles, Grisart Escola International De Fotografia à Madrid, IEFC à Barcelone, IIF à Milan, ESACM à Clermont-Ferrand, Spazio Labo à Bologne.

MarieLegall, attachée de presse
Crédit Photos : Crédit photo : Caty Jan. Imprimer