M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir

"Gilles Caron. Le conflit intérieur"

Publié par Club de la Presse Centre - Val de Loire le 29/08/2014

C'est un photographe mythique du photojournalisme, symbole de l'âge d'or du métier, fondateur - avec Raymond Depardon entre autres - de l'agence Gamma. Le « Robert Capa français » aurait même dit de lui, Henri-Cartier Bresson. Et pourtant...

 

C'est un photographe mythique du photojournalisme, symbole de l'âge d'or du métier, fondateur - avec Raymond Depardon entre autres - de l'agence Gamma. Le « Robert Capa français » aurait même dit de lui, Henri-Cartier Bresson. Et pourtant, Gilles Caron (1939-1970) avait à peine 31 ans lorsqu'il a disparu en reportage au Cambodge. Le temps, malgré tout, de laisser des images pour l'histoire. Jusqu'au 2 novembre

prochain, le château de Tours présente 150 photographies et documents d'archives provenant de la Fondation Gilles Caron et de la collection du Musée de l'Élysée ainsi que de collections privées. De la guerre des Six Jours à celle du Biaffra, en passant par mai 68 ou l'émergence de la Nouvelle Vague, on parcourt la carrière courte mais incroyablement dense d'un photographe plein de talent et d'humanité.

Car, c'est ce qui frappe sans doute le plus dans ses images, l'empathie pour ceux qu'il saisit. Comme ces soldats américains durant la guerre du Vietnâm, absorbés dans leur pensées, en errance... Ou ces enfants victimes de la guerre du Biaffra. Gilles Caron ne choisissait pas de camp ; il photographiait l'horreur de la guerre, universelle. Avec un sens toujours très prononcé du cadrage.



Gilles Caron, Guerre du Viêtnam, combats sur la colline 875, Dak To, novembre-décembre 1967. Tirage d’époque, épreuve argentique. © Fondation Gilles Caron

 

Le photographe finira par s’interroger sur la finalité de son métier : peut-on se contenter d’un rôle de témoin, de spectateur ? Il est l’un des premiers dans la profession à présenter les symptômes d’un conflit intérieur, d’une crise morale. L’un des premiers à pratiquer une forme d’introspection désillusionnée qui mène le reporter à retourner progressivement la caméra vers lui- même, devenir l’objet du récit photographique.

« Gilles Caron. Le conflit intérieur », du 21 juin au 02 novembre 2014 au Château de Tours, 25 avenue André Malraux. Du mardi au vendredi de 14H00 à 18H00, samedi et dimanche 14H15 à 18H00. Entrée gratuite. 

Téléphone : 02 47 70 88 46 - Accueil Château 02 47 61 75 55 


Communiqué de Presse






Crédit Photos : © Fondation Gilles Caron Imprimer