M'identifier | Devenir adhérent
Vous n'êtes pas identifié(e).
S'identifier

Les Photos Cliquez sur les vignettes pour les agrandir
Dernières Publications
Assises 2018 - Conférence Science, santé, complexité : A qui profite le doute ? Dans le cadre des Assises du journalisme, vendredi 16 mars 2018, s'est tenue une conférence sur le thème "Science, santé, complexité : à qui profite le doute ?"
Assises 2018: Presse Club avec Yolaine de La Bigne "sois belle et bats-toi!" Pour le 3ème Presse Club des #Assises2018, Matthieu Pays recevait Yolaine de La Bigne chroniqueuse sur Sud Radio et auteure de "Sois belle et bats-toi !" - Manifeste féministe des femmes féminines.
Assises 2018 - Science, santé, complexité: à qui profite le doute ? Nathalie Picard interview Yves Sciama journaliste scientifique indépendant président de l'AJSPI (Association des Journalistes Scientifiques de la Presse et de la Technologie)
Assises 2018: Sophie Massieu, journaliste baroudeuse et non voyante Aurélie Dunouau interview Sophie Massieu, journaliste indépendante, sur le thème du journalisme et du handicap. Elle a notamment réalisé l'émission "Dans tes yeux" sur Arte.

Jean-Martin Dutour : « une bouteille de vin ne devrait pas coûter moins de 10 € »

Publié par Ingrid Proust le 16/11/2017

Vigneron-négociant en AOC Chinon, Jean-Martin Dutour a été élu en juin président d’InterLoire. Cet homme peu adepte de la langue de bois était l’invité du déjeuner du Club le 2 novembre. Par Ingrid PROUST

Il est un pilier de l’appellation Chinon, à la tête de la maison Baudry-Dutour, qu’il dirige avec Christophe Baudry. A 49 ans, il est aussi un acteur de premier plan du vignoble ligérien. Jean-Martin Dutour a été réélu président d’InterLoire en juin, après l’avoir déjà été de 2010 à 2013. « De Nantes à Blois, InterLoire est l’interprofession qui rassemble les vignerons et les négociants. Son rôle principal est le partage de la marge. Mais la loi interdit toute entente sur les prix. Ce qui est schizophrène ! Les choses pourraient évoluer avec les Etats généraux de l’alimentation. Le président Macron n’exclut pas que l’on puisse parler prix, et que la distribution puisse avoir une place au sein des interprofessions ».

A la tête d’InterLoire, Jean-Martin Dutour  veut notamment « faire de l’appartenance au Val de Loire un signe fort. C’est à l’interprofession de promouvoir cette marque, indispensable à l’export comme en France. Mais tous les vignerons n’utilisent pas la bouteille siglée Val de Loire ». Il souhaite aussi qu’InterLoire aide encore mieux les vignerons à cibler les marchés, à améliorer leur compétitivité, et la valorisation de leurs vins. « La vente directe au domaine dans le Val de Loire représente plus de 20% des ventes. C’est bien, mais le panier moyen baisse. Il est moins fréquent aujourd’hui de voir des clients remplir leur coffre de bouteilles, constate le vigneron-négociant. Mais on vend plus cher nos cuvées à Leclerc en foire aux vins qu’à un caviste ».  Pour Jean-Martin Dutour, « une bouteille de vin ne devrait pas être vendue moins de 10 €. Sinon, vous rémunérez mal tous les intermédiaires. Avec les aléas climatiques (grêle, gel) qui ont réduit les volumes vendangés, les prix ont augmenté ».

Le millésime 2017 ne sera pas non plus abondant pour les vins de Loire. Mais il sera de belle qualité. « La saison a été superbe en septembre et en octobre, souligne le président d’InterLoire. A Chinon notamment, les raisins étaient très mûrs, et les vins seront très ronds ». A déguster, bien sûr, avec modération...

Crédit Photos : Berti Hanna Imprimer